Commander une Terre sur internet

Commander une Terre sur internet, par exemple, c’est la recevoir dans un carton de la taille d’un Système solaire rempli d’une sorte de velléité humaine sous forme de paillettes de polystyrène. En sorte que rien ne bouge, sans doute — ni la planète sous vide, ni l’échantillon d’un shampoing à l’orange, ni le yoyo bleu fluorescent offert en guise de goodie ludique affublé de l’inscription motivationnelle « YoYo! ». Objet suscitant un certain désarroi auprès de ceux qui vivent en apesanteur, cela va sans dire.

Depuis très longtemps je vivais dans cette patate

Depuis très longtemps je vivais dans cette patate que je viens de manger. Comment ai-je fait pour ne pas m’en rendre compte ? Gloups. Gloups ? Rien d’extraordinaire pourtant, une patate casino au goût douceâtre quelconque, prédestinée à une cuisson vapeur à la fin d’une journée simple et pluvieuse. Demain, me dis-je, je reviens aux céréales. C’est décidé. Et pourtant — je ne suis pas quelqu’un de superstitieux — mais alors là ! — je ne me fie, en ce qui concerne ma personne et mes patates, qu’à des données cuites à cœur par mon expérience — et encore, et encore !

Les rues lyonnaises sont tellement étroites

Les rues lyonnaises sont tellement étroites que les façades des immeubles en viennent parfois à se coller les unes aux autres. En résulte une promiscuité immobilière et spatiale déroutante, surtout le matin : tout le monde se balade à poil chez tout le monde, plus personne ne sait où est passée sa cuisine, il faut encore et encore refaire du café, il n’y a plus d’aspirine nulle part.

La Voie du Poulpe à l’Abat-Jour (Lyon) : 18 mai 2018

Nous avons le grand plaisir de vous proposer un nouveau rendez-vous avec le « Poulpe » : il aura lieu le vendredi 18 mai à la galerie L’Abat-Jour (33 rue René Leynaud, 69001, Lyon).

A l’approche de la période estivale, traditionnellement prometteuse d’une frivolité quelque peu suspecte et inconfortable, nous tenteront à nouveau de remettre un peu de consistance narrative au service du projet de l’authentique croissance culturelle commune. ​

Compte tenu du nombre limité de places (30), je vous remercie de me confirmer votre éventuel intérêt par email à l’adresse figurant sur l’affiche

«Désaboutissements» dans la revue La Piscine #2, Incidences / Coïncidences

« En ce moment, par exemple, l’épine dorsale me démange. Serait-ce lié au fromage de chèvre « Petit Prix » que j’ai mangé tout à l’heure ? À la facture de régularisation EDF reçue hier ? Difficile d’imputer une cause à un effet, de nos jours. Mais la tentation en reste grande, malgré tout, et se régénère chaque nuit comme cette espèce de coléoptère exotique dont ils parlaient dans l’émission du lundi. Ça commence par des picotements, puis ça se déplace vers le haut ou vers le bas. On dirait que les vertèbres communiquent, se transmettent des informations à mon insu. Devrais-je à nouveau essayer d’arrêter le lactose ? Il n’est pas exclu que quelque chose finisse par se passer, cette fois-ci, compte tenu de la situation… »

Lire la suite de « Désaboutissements » texte de Jindra Kratochvil, accompagné de la photo intitulée « Cochin, 2009 » de Thierry Clech, dans le numéro 2 de la revue La Piscine, incidences – coïncidences.
Il est possible de cliquer sur les images pour les afficher en grand :