Soit une chèvre dans un enclos pédagogique

Soit une chèvre dans un enclos pédagogique. Une chèvre parmi d’autres, dans un enclos pédagogique parmi d’autres. Tous les jours, donc, des groupes d’humains viennent de l’autre côté de la clôture et l’appellent « chèvre » — sans toutefois donner de carotte puisqu’il s’agit d’un enclos très strictement pédagogique. Ni de choux. La situation est très simple. Résumons : un enclos pédagogique quelconque mais à chèvres, entouré d’humains parmi d’autres mais sans choux ni carottes, des voix quelconques appelant sans cesse : « chèvre, chèvre ! » Une situation simple, pédagogique. Contrairement à tant d’autres situations susceptibles de se manifester dans un univers concevable. Le monde de l’art, par exemple, bien plus complexe. Les chèvres pédagogiques y sont complexes, génériques et singulières à la fois, les groupes d’humains, les enclos, les voix, bref — un autre monde parmi d’autres, ni choux ni carottes, et ainsi de suite.

Hélas, je reste sans nouvelles des pneus neige

Hélas, je reste sans nouvelles des pneus neige que les intéressés au pseudo étrange sont venus emmener voici déjà quelques semaines. Est-ce que tout se passe bien de leur côté ? Les a-t-on rebaptisés en accord avec l’esthétique de leur nouvel environnement domestique ? Ont-ils au moins roulé ici ou là ? Dans la neige ? Je fais cuire un œuf au plat et j’y pense. La vie est parfois pleine de mystères et d’énigmes qui ne cessent de revenir pour éveiller des sentiments fort ambivalents au plus profond de tout un chacun. Et toujours cette obsession de savoir, puis de savoir plus en dépit de tout, et encore plus — cet hallucinant besoin tellement si rare dans le règne animal !

Afin de soutenir le printemps 2018 des poètes

Afin de soutenir le printemps 2018 des poètes, donc, le gouvernement envoie la police dans les amphis. Enfin — il s’agit peut-être bien des militaires, ou des deux, ou d’un mélange subtil des deux, bref — de personnes habillées en exosquelettes, pilotées par l’amour de la poésie de droite bien faite et munies d’ustensiles convaincants. Car, n’en déplaise aux âmes libres et non faussées : la poésie, ça s’enseigne, et c’est même tout un programme. Pardon ? Vous dites que c’est trop dur ? Le monde est dur, madame, regardez cet objet qui s’appelle « carrelage », par exemple — il n’est pas finalement moins dur que sa métaphore nommée « matraque ». Le monde est dur, madame, et son noyau poétique l’est tout particulièrement. Leçon numéro zéro. Amphi B, 15-17h, contrôle continu. Pour affronter la dureté du monde dur, monsieur, il n’y a que l’éducation poétique réaliste. Plus la rééducation, bien sûr, si le besoin se fait sentir — et il se fait parfois sentir très fort, notamment sur les tibias. La jeunesse est-elle prête à se former à la poésie ? Et les fleurs/oiseaux qui poussent/s’envolent dans tout ça ? pendant que tu/elle/lui/nous disons bien des choses si indiciblement au creux de la nuit du jour ?

Compte tenu de la taille d’un neurone humain

Compte tenu de la taille d’un neurone humain, une pensée de 2,8cm est déjà un succès. Il peut y avoir de grands espaces dedans, par exemple, ou même un gros centre commercial comprenant un mini parc d’attraction thématique ouvert 24/7. Eh oui, absolument, 24/7 ! Même la nuit, donc, alors que certains magasins sont fermés, les vigiles aux oreillettes sont là, bien sûr, les mascottes exécutent des animations, etc., on peut y prendre un petit train dans un décor fantastique évoquant la magie de l’Empire colonial à ses heures de gloire, je suppose, ou admirer un Mont-Saint-Michel miniature très impressionnant tellement c’est bien fait — regarde ! il y a même cette petite crêperie où on a mangé il y a trois ans ! Tout cela, mesdames et messieurs, tout cela dans une toute petite pensée ne dépassant pas un millimètre de diamètre, voire de circonférence. Difficile à admettre que les neurones humains puissent avoir été à ce point miniaturisés par l’évolution des circonstances, difficile à croire qu’il puisse y avoir autant de petits trains dans la moindre des pensées !

Vers 13h, par exemple

Vers 13h, par exemple, alors que le fromage du panini était encore fondu, j’ai entendu une tronçonneuse à proximité. Ah, une coupe en cours ! me suis-je dit, surpris et rasséréné par autant de vie à la fois, puis j’ai vu des arbres fleurir à côté de l’escalier de droite, des cerisiers japonais sans doute, précoces. Ensuite j’ai repensé à cette histoire de Mongolie, et au permafrost en train de fondre en silence aux endroits où il n’y a pour ainsi dire personne, ni mobilier urbain ni d’espaces verts à proprement parler.